Gumush

In English in French

        “Gümüş, known in Arabic as “Noor”, is one of the world’s most popular soap operas .  Released in Turkey by the MBC network, “Gümüş” won an estimated 85 million viewers throughout the Arab World during its first season in 2008.” (Wikipedia)

        In my lifetime, I’ve made repeated attempts to watch TV soap operas: American ones, Italian, Mexican, Brazilian and even Serbian ones.   I could never get beyond the first few episodes.  Soap operas always bored me, and then angered me.

     Why?   Because they were so blatantly false, so aggressive and unfriendly.  Their phony, consumer-ad version of lived reality made me feel miserable.   My way of being and thinking is systematically excluded from soap operas of every nation. 

       Far from considering them “popular art,”  I thought they were elitist, and in a bad way: fantasies of snobbism, created for wannabes, who watch actresses in fancy costume while they themselves buy laundry soap.

       However, some months ago my friend told me that a Turkish soap opera exists that made Moslem women unite in the Arab Spring revolution.  Obviously watching “Gumush” was a must. 

       After a couple of indifferent episodes, I got hooked. I immersed myself in the world of the woman “Gumush” and I lived with her.  I dreamt about her awful problems, I got angry with her foolish mistakes, I talked to my family and friends about the dire struggles Gumush and I were enduring.   

       Finally, I understood the role of soap opera as therapy.  Soap operas exist so that troubled women can watch other women’s troubles,  but contained inside a screen.  I, too, was not alone, thanks to soap opera, and often so much better off.

    Gumush, to be frank, is a very long, often much too long, kitschy and sentimental serial.  But I endured patiently, and was even fascinated.  I’d never before seen a fictional world that begins with a marriage sternly arranged by grandparents, and that rolls along with free and easy abortions.

      I’ve lived in parts of the world where arranged marriages today are unheard of.  In “Gumush”, a young girl comes of age, her grandfather marries her off to another clan, that arrangement is settled, no discussion, no choice for the bride.  But the women of “Gumush” have an attitude toward abortion that would shock the prudish USA, where the idea of abortion is as polarizing as race is.   “Gumush” is a kind of battleground for female autonomy, carried out between the marriage altar and the abortion clinic.  

       Once I understood what was going on, I was tempted to abandon the serial, having gotten the point.  But, the cunning scriptwriters would find a way to show me their hand.   At one point, for instance, the characters within the serial gather on the family couch to watch a soap opera themselves.  

        They even comically recognize their own predicament:  Allah Allah, they remark, why we too live those kind of absurd lives you see on TV nowadays, where  dead girls come back pregnant, granddad  falls in love, the rich get poor and poor get rich!    The serial’s comic-relief character even makes fun of herself, lamenting:  I watch soap operas first thing every morning!  I’m really bad!  Something has gone wrong with my life! 
  But lives do go wrong! My father was an engineer and never even watched TV except the news.  But, when his wife died, he turned on the TV to make his lonely days shorter.    He soon found a soap-opera patriarch to sympathize with.   He remarked to me: I notice that only this decent old guy is doing any work!  All the other characters are just plotting and scheming to get his money!

      “Gumush,” the show’s central character, is a simple, good-hearted girl from a Turkish village.   The actress who plays Gumush, endlessly ducking and dodging through hoops, silly plot twists and crazy acts of self-sacrifice, does it all with three facial expressions. The actress  has redone lips, bow legs, pretentious clothing and is always teetering in high heels.   Love and tenderness means everything to Gumush; power, fame and money never cross her mind.  

       At a certain point in the serial, however, the love-lorn Gumush rebels.   I never say no! she realizes.   I always trust people, now this habit  must stop! 

       Once Gumush stops saying yes to every demand made of her, the world of the serial stops.   She’s on strike for a couple of episodes — almost nothing happens. 

        So, Gumush goes back to her old soap-operatic habits.  An icon of other-directed womanly sacrifice, Gumush gives away her fortune, her love, her pity and forgiveness and even her kidney!   Once she started losing internal organs in the Turkish health system where abortions were distributed so freely, I feared that the authors had gone bored and would kill off the lead.  

       But the Arab Spring did not need a dead heroine.   Gumush survives all her travails, even though we viewers suffer along with her, wondering:  why is Gumush so stupid? Why are women in love so stupid with love, and happy only when stupid?   

       These issues clearly transcend any contemporary Turkish soap opera.  Femininity works this way everywhere most of the time. If women are not stupid, giving and happy, then they are angry, selfish and unhappy.  Every once in a while, a female character in some book, movie or TV show will catch on to this unfair situation and start complaining, but her family and friends rush to her emotional rescue: you’re not yourself!  You are tired, go lie down, have a rest!  They put a cork in her bottle for her own good. 

       Gumush is further rendered speechless by her moral idealism and her sheer ignorance. She is not a city  girl, and she shuns sophisticated ways.  Because she is Gumush.

    Gumush is an unloved, but pretty, orphan seamstress from a Turkish village.  Thanks to the logic of TV drama, she becomes the beloved empress of a contemporary  family of Turkish business moguls.  This kind of class fluidity is a basic plot element, much like the arranged marriages and the abortions. 

       The poor and hard working people have an earthy wisdom  denied to the pampered rich,  so the rich often rely on their stability of mind and their moral simplicity.  The poor, on the other hand, are a pack of  Cinderellas.    They never directly rebel against wealth and power, in thought or deed.   Their complaints are conservative, arising out of love, to preserve the status quo. 

        Gumush is a deeply traditional girl who never crosses the sultan of the family, the granddad.  On the contrary, she reinforces the rules by modernizing them.  Commonly Gumush does this with a mobile phone.  Everyone in the serial owns a phone (they’re Nokia phones, this being 2004 or so) and every episode involves a beeping torrent of SMS messages, lies, frauds, warnings, and small deceits.  

      In the end, even the sultan admits her victory, but not his own defeat.   Nobody loses in a Turkish soap opera. Even the bad guys turn good, while the good guys are merely temporarily bad when led astray by their animal instincts.   This  prospect of a happy end is comforting, and very old-Hollywood, as opposed to contemporary American serials where, for heaven’s sake! nothing ever turns well.
Does any common ground exist between Eastern soap and Western soap?  
Well, there is that abiding need to sell women soap.   Women wash the clothing of the family, so women have gender interests. Women  of all communities know  all about the mop, the wringer and bucket.  The men of their communities would never gather round a screen to watch such things. The classic feminist question: who cleans the toilet in the household?

          How could this silly soap opera become a talisman of female rebels in the Arab Spring?  Obviously, it’s because they identify with Gumush.  Her  heart is pure, but her faith in goodness is constantly jeopardized.  Like Gumush, the rebel women of urban Egypt want a subversive revolution of female behavior, that can occur under the armature of strict and visibly unchangeable rules.  
Some time ago an anonymous girl in red was the symbol of women’ s resistance and police brutality during the riots in Istanbul. She could have been Gumush.
However Gumush does not take to the streets, she does not tweet or do politics. Pity. Her influence on Arab spring women is cultural not openly political.

       These women don’t “want it all,” they  don’t “want it now,”  and they would reject any world that proclaimed itself radically different from the traditions of family. It would be “mission impossible”. But they do, in fact, flock in vast hordes to watch a Turkish woman struggle in a Turkish TV soap opera, something their Arab grandmothers never dreamt of doing.   What’s more, this TV soap has little to do with any Marshal MacLuhan “global village.”  Gumush is grand-scale, hugely successful, commercial TV that is very much of and for the Moslem village.  The West doesn’t watch Gumush.  

        Maybe that is the dead end of the arab spring revolutions that started with so much enthusiasm and vigor. Maybe that is what revolutions and soap operas have in common: a conservative backlash ending.
However real women can do better than that. They must save Gumush from her soap opera.

Gumush

“Gümüsh, connu en arabe comme “Noor”, est un des soap operas (feuilleton sentimental) le plus populaire au monde. Emis en Turquie par le réseau MBC, on estime que « Gümüsh » a été vu par 85 millions de spectateurs dans le monde arabe pendant sa première saison en 2008. »
(Wikipedia).

Pendant toute ma vie, j’ai fait des tentatives répétées pour regarder des soap operas à la TV : des américains, italiens, mexicains, brésiliens et même des serbes. Je ne suis jamais arrivée à aller au-delà des premiers épisodes. Les soap operas m’ont toujours ennuyée, et ensuite ils me fâchaient.
Pourquoi ? Parce qu’ils étaient si faux de façon si flagrante, si agressifs et inamicaux. Leur version bidon, pour la consommation, de la réalité vécue faisait que je me sentais misérable. Ma façon d’être et de penser était systématiquement exclue des soap operas de tous les pays.
Loin de les considérer comme « de l’art populaire,» je les trouvais élitistes, et d’une mauvaise façon : des fantasmes de snobisme, créés pour des envieux, qui regardent des actrices dans de beaux habits pendant qu’ils achètent eux-mêmes de la poudre à lessiver. (Soap signifie savon).

Néanmoins, il y a quelques mois, mon ami m’a dit qu’existait un soap opera turc qui faisait s’unir les femmes musulmanes dans la révolution du printemps arabe. Il était évident que regarder « Gümüsh » était une obligation.

Après quelques épisodes quelconques, j’ai été accrochée. Je me suis immergée dans le monde de la femme « Gümüsh » et j’ai vécu avec elle. Je rêvais de ses affreux problèmes, je me fâchais avec ses erreurs ridicules, je parlais avec ma famille et mes amis des luttes affreuses que Gümüsh et moi endurions.

Finalement, j’ai compris le rôle des soap operas comme thérapie. Les soap operas existent de sorte que des femmes qui ont des ennuis peuvent regarder les ennuis d’autres femmes, mais contenus à l’intérieur d’un écran. Moi, non plus, je n’étais pas seule, grâce au soap opera, et souvent je me sentais tellement mieux.

Pour être honnête, Gümüsh est un très long, souvent trop long, feuilleton kitsch et sentimental. Mais je l’ai supporté patiemment, et j’ai même été fascinée. Je n’avais jamais vu auparavant un monde fictif qui commence par un mariage sévèrement arrangé par des grands-parents, et qui se poursuit avec des avortements gratuits et faciles.
J’ai vécu dans les parties du monde où on n’entend plus parler de mariages. arrangés, aujourd’hui. Dans « Gümüsh », une jeune fille arrive à l’âge du mariage, son grand-père la marie dans un autre clan, cet arrangement est réglé, pas de discussion, pas de choix pour la mariée. Mais les femmes de « Gümüsh » ont une attitude vis-à-vis de l’avortement qui choquerait la prude USA, où l’idée de l’avortement est aussi polarisante que l’est la race. « Gümüsh » est une sorte de champ de bataille pour l’autonomie féminine, qui se déroule entre l’autel du mariage et la clinique d’avortement.
Une fois que j’avais compris ce qui se passait, j’avais été tentée d’abandonner le feuilleton dont j’avais saisi le sens. Mais les raconteurs astucieux allaient trouver un moyen pour me montrer leur talent. A un moment, par exemple, les personnages du feuilleton se rassemblent sur le canapé de la famille pour regarder eux-mêmes un soap opera.
Ils y reconnaissent même comiquement leur propre situation difficile : Allah Allah, remarquent-ils, pourquoi vivons nous aussi ce genre de vie absurde qu’on voit ces jours-ci à la TV, où des filles mortes reviennent enceintes, des bon-papas tombent amoureux, le riche devient pauvre et le pauvre devient riche ! Le personnage du feuilleton pendant le moment de détente se moque même d’elle-même en se lamentant : la première chose que je fais chaque matin est de regarder un soap opera ! Je me sens vraiment mal ! Quelque chose a mal tourné dans ma vie !
Mais les vies tournent mal ! Mon père était un ingénieur et il ne regardait jamais la TV, sauf pour les nouvelles. Mais quand sa femme est morte, il a allumé la TV pour raccourcir ses journées solitaires. Il a bientôt trouvé un soap opera de patriarche avec lequel il a sympathisé. Il m’a fait remarquer : je constate que seul ce vieux gars décent travaille ! Tous les autres personnages sont simplement en train de comploter et à intriguer pour avoir son argent !

« Gümüsh, » le personnage central du spectacle, est une fille simple, au bon cœur d’un village turc. L’actrice qui joue les esquives et les écarts sans fin de Gümüsh, dans des tournures dures à vivre et stupides de l’intrigue et des actes fous d’auto-sacrifice, les montre tous par trois expressions faciales. L’actrice a des lèvres repeintes, des jambes arquées, des habits prétentieux et vacille toujours sur de hauts talons. L’amour et la tendresse signifient tout pour Gumush ; le pouvoir, la renommée et l’argent ne traversent jamais son esprit.

A un certain moment dans le feuilleton, cependant, Gumush, pleine d’amour, se rebelle. Elle réalise qu’elle ne dit jamais non. J’ai toujours confiance dans les gens, maintenant, cette habitude doit cesser !
Dès que Gumush s’arrête de dire oui à toute demande qu’on lui fait, le monde du feuilleton s’arrête. Elle est en grève pour quelques épisodes – presque rien ne se passe.
Donc Gumush revient à ses anciennes habitudes du soap opera. Une icône de sacrifice féminin envers les autres, Gumush donne sa fortune, son amour, sa pitié et son indulgence et même un rein! Une fois qu’elle s’était mise à perdre des organes internes dans le système de santé turc où les avortements se déroulaient si librement, j’ai craint que les auteurs ne se soient ennuyés et ne portent un coup fatal au rôle principal.

Mais le Printemps arabe n’avait pas besoin d’une héroïne morte. Gumush survit à tous ses travaux, même si nous, les spectatrices, souffrons avec elle, en nous demandant : Pourquoi Gumush est-elle si stupide ? Pourquoi les femmes amoureuses sont-elles aussi stupides avec l’amour, et heureuses uniquement quand elles sont stupides ?

Ces questions transcendent clairement tout soap opera turc contemporain. La féminité fonctionne ainsi partout, la plupart du temps. Si les femmes ne sont pas stupides, généreuses et heureuses, alors elles sont en colère, égoïstes et malheureuses. De temps en temps, une personnalité féminine dans l’un ou l’autre livre, film ou programme TV pigera cette situation injuste et se mettra à se plaindre, mais sa famille et ses amis se ruent sur son sauvetage émotionnel : tu n’es pas toi-même ! Tu es fatiguée, va te coucher, repose toi! Ils mettent un bouchon sur la bouteille pour son propre bien.
Gumush est de plus rendue sans voix par son idéalisme moral et sa pure ignorance. Ce n’est pas une fille des villes et elle évite les moyens sophistiqués. Parce qu’elle est Gumush.

Gumush est une couturière orpheline non aimée, mais jolie d’un village turc. Grâce à la logique du drame TV, elle devient l’impératrice bien aimée d’une famille contemporaine de magnats turcs des affaires. Ce genre de fluidité de classe est un élément de base de l’intrigue, tout comme les mariages arrangés et les avortements.

Les pauvres et les gens qui travaillent dur ont une sagesse directe qui est refusée aux riches choyés, et donc les riches souvent font confiance à leur stabilité d’esprit et leur simplicité morale. D’autre part, les pauvres sont une bande de Cendrillons. Elles ne se rebellent jamais directement contre la richesse et le pouvoir, en pensée ou en actes. Leurs plaintes sont conservatrices, résultant de l’amour, pour préserver le statut quo.

Gumush est une fille profondément traditionnelle qui ne croise jamais le sultan de la famille le bon-papa. Au contraire, elle renforce les règles en les modernisant. Généralement, Gumush le fait avec un téléphone portable. Tout le monde dans le feuilleton possède un téléphone (des téléphones Nokia, ceci étant +/-2004) et chaque épisode implique un torrent de messages SMS sonores, des mensonges, des fraudes, des avertissements et de petites déceptions.
A la fin, même le sultan admet sa victoire, mais pas sa propre défaite. Personne ne perd dans un soap opera turc. Même les méchants deviennent bons, tandis que les bons sont simplement temporairement mauvais détournés du droit chemin par des instincts animaux. Cette perspective d’un happy end est réconfortante, et très vieux-Hollywood, opposée aux feuilletons américain contemporains où, pour l’amour du ciel ! rien ne tourne jamais bien.

Existe-t-il un terrain commun entre les soaps de l’est et les soaps de l’ouest ? Eh bien, il y a cette nécessité permanente de vendre aux femmes le soap. (soap =savon). Les femmes lavent le linge de la famille, donc les femmes ont des intérêts de genre. Les femmes de toutes les communautés savent tout sur le balai, l’essoreuse et le seau. Les hommes de leurs communautés ne se réuniraient jamais devant la TV pour regarder ce genre de choses. La question féministe classique : qui nettoie les toilettes dans le ménage ?

Comment ce stupide soap opera a-t-il pu devenir un talisman pour les femmes rebelles du Printemps arabe ? De toute évidence parce qu’elles s’identifient avec Gumush. Son cœur est pur, mais sa confiance dans la bonté est constamment compromise. Comme Gumush, les femmes rebelles de l’Egypte urbaine veulent une révolution subversive du comportement féminin, qui peut se produire sous l’armature de règles strictes et visiblement inchangeables.
Il y a quelques temps, une fille anonyme habillée de rouge était le symbole de la résistance des femmes et de la brutalité de la police pendant les émeutes à Istanbul. Elle aurait pu être Gumush. Néanmoins, Gumush ne descend pas dans la rue, elle ne tweet pas ou ne fait pas de politique. Dommage. Son influence sur le Printemps arabe des femmes est culturel, pas ouvertement politique.
Ces femmes « ne veulent pas tout, » elles « ne le veulent pas maintenant, » et elles rejetteraient tout monde qui se proclamerait lui-même radicalement différent des traditions de la famille. Ce serait « une mission impossible ». Mais, en fait, elles affluent en masse pour regarder la lutte d’une femme turque dans un soap opera turc à la TV, quelque chose que leurs grands-mères arabes n’avaient jamais rêvé de faire. En outre, ce soap opera a très peu à voir avec un quelconque »village planétaire » à la Marshal MacLuhan. Gumush est de la TV commerciale sur une grande échelle, avec un succès énorme destiné au village musulman. L’occident ne regarde pas Gumush.

C’est peut-être la mort des révolutions du Printemps arabe qui avaient commencé avec tant de vigueur et d’enthousiasme. Peut-être que c’est ce que les soap operas et les révolutions ont en commun : se terminer par un contrecoup conservateur.
Cependant de vraies femmes peuvent faire mieux que cela. Elles doivent sauver Gumush de son soap opera.
Translation by Edith Rubinstein

     

About jasminatesanovic

Jasmina Tešanović (Serbian: Јасмина Тешановић) (born March 7, 1954) is a feminist, political activist (Women in Black, Code Pink), translator, publisher and filmmaker. She was one of the organizers of the first Feminist conference in Eastern Europe "Drug-ca Zena" in 1978, in Belgrade. With Slavica Stojanovic, she ran the first feminist publishing house in the Balkans "Feminist 94" for 10 years. She is the author of Diary of a Political Idiot, a war diary written during the 1999 Kosovo War and widely distributed on the Internet. Ever since then she has been publishing all her work, diaries, stories and films on blogs and other Internet media.
This entry was posted in Uncategorized and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Gumush

  1. Pingback: Gumush | Zokster Something

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s