Favela of Ferrez

In English , en francais

Carolina de Jesus

If I hadn’t lived in Cairo, if I hadn’t been in India, if I hadn’t filmed  Belgrade gypsy districts, I probably would have been shocked by what I saw in in the Capao Redondo favela in Sao Paolo, Brazil.

As a big fan of Carolina de Jesus, the favela writer from the sixties who became an international star, only to die some years later in misery in the slum where she started writing, I had to see with my own eyes her stories and people.

Ever since I arrived in Brazil, I have been seeing scenes that broke my heart. For instance, people of all ages lying around on the city pavement, or napping on bare dirt. Commonly passers-by would just skip over them. But to my surprise, a boy stricken down in the street by some kind of fit was rescued by Brazilians. The ambulance was called for the sick boy, and the crowd was tender and helpful.

Nobody is running away from the poor face of Brazil. On the contrary, the reality of poverty is integrated and soothed by the general easy going rhythm of this richest poor country in the world. You see real poverty, but you don’t feel misery and despair. 

   We were lucky to be escorted to favela Capao Redondo by its guru and “mayor in the shadow” as I called him, Ferrez, a rap singer, writer and political activist ( http://en.wikipedia.org/wiki/Ferréz). As our host Roberto put it: this is the only successful writer you will meet here in Sao Paolo.

   Ferrez is dressed in hip-hop baggy pants with a big red t-shirt with a CCCP sign in Cyrillic on it. On the gate of his big, pretty and improvised house at the entrance of the favela, there are three graffiti portraits: that of Maksim Gorky, Carolina de Jesus and the Brazilian Modernist poet, Oswald Andrade. His heroine is Carolina, and his hero is Zumbi dos Palmares, a once-forgotten historical figure in Brazil from the 1600s, who was always on the side of black runaway slaves, liberating them and educating them.

   Brazilian hip hop culture has brought Zumbi back to the knowledge of our young ones, said Ferrez. The heroism of Zumbi is not taught in schools. However  children from favelas do not go to decent schools anyway.

    – This is where I was born, Ferrez told us, showing us a heap of rubbish, left after the mudslides destroyed houses.

 –  My mom used to cook in a school, and it was bad food.  I decided to give good food to my children today, just to erase that terrible memory.

   As we climb up and down the hilly narrow streets of red brick and cartoon-style vertical constructions, the odor of freshly cooked food is enticing us. The houses have sewers, they have tiny clean rooms, with big TV sets and a lot of street children  smiling at us.

   The favela is another world, however. An alienating feeling creeps onto me. A different set of images and values conquers as soon as you cross the favela boundary. Ferrez is taking us to its dark heart, where he has a school, shops, a musical  studio, and a computer office. All made in the favela, for the favela.

– I am implanting  business models and giving them away, he says. I started alone, but now there are many people involved in these alternative life projects. My followers don’t smoke or drink, because there is a  big rate of alcoholism and many cheap drugs around here. I don’t believe in any politician or official politics. I vote “null,” because the parties are all the same: favelas don’t exist for the state. The only people in power we ever see are police and the churches. No health care, no culture, no schools…We are on our own, and we don’t care to get out of here, in that big bad world.

   He shows us the dividing line between the rich part of Sao Paolo and his own favela. They call this hill the “Gaza Strip,” he says, because it was  created to keep these two parts of the world completely apart. 

– The police raids sometimes hit favelas to arrest or shoot some people. The authorities don’t build anything for us. Everything else, we do on our own.

    Sometimes the state builds concrete highrises outside the favelas, to offer the inhabitants another life. These cheap social structures don’t look much different from the vertical structures that the inhabitants built on their own. Except that they have legal street addresses, and they look more regular in shape, not the favela labyrinth of homemade walls, narrow alleys and crooked stairs. The cave-like favela buildings remind me of Basilicata, in Matera, like a journey back into medieval history.

   The people we encounter look polite and clean: they are multiethnic and they are for the most part illiterate. The NGO schools and playing centers are made to teach them how to read and write and stay together in a civilized way. Kids from from new borns to 17 year olds in these crowded rooms, happy to have an opportunity to learn.

   I was told there are favelas which are worse off than Capao Redondo. The map of the city of Sao Paolo neatly marks favela areas, which seem to burst up just about everywhere, in the middle of the huge city, or on the borders of this 16 million town. Nobody can tell for sure how many people live in the favelas. I can say however that I have seen shanty towns and slums that are dirtier and flimsier, for example in Serbia.

I ask Ferrez about women and their condition.

 – It is a very macho world here; women have nothing to do and there is no health care or birth control for women: but most of the children who are born are girls.

  You are risking a matriarchy, I said. I am joking, but it is not funny. Obviously girls are not very visible.

Favela people are invisible in the Brazilian society, but girls are invisible even in favelas. I remember how Carolina wrote about her studying to read and write, and writing poetry.

Only the night before here in Sao Paolo at a cultural event Virginia Woolf was quoted: a female writer with “a room of her own,” as the standard for privacy, identity, success and visibility. To quote Virginia Woolf in a favela may seem far-fetched, but to quote Carolina de Jesus still today makes a lot of sense to rich and poor. The immediacy and emotional strength of this self educated diarist empowers the invisible millions, more so than TVs and soap operas.

   I always want to give my people a wider context, says Ferrez, so I talk about Martin Luther King and Che Guevara. I want to be a writer, not just a writer of favelas. But I don’t care to leave the favela.

   From my own war experience, which caused invisibility and deprivation, I learned: you can take away almost all from people and kill them, but you cannot kill the creativity. It grows also on the garbage. It flows like water.

   Watching these communities strive for a normal life outside the walls of the forbidden city of established mainstream reality, my question is: what would happen if this wall fell, and we mixed in a struggle for survival? Who would win, the masters and the slaves of a crumbled world, or those who have nothing to lose and nowhere to go? I am not idealizing the poor, but seeing the world with their eyes, and their values. They get by in modernity, like the rest of us. Except for a better TV and the lure of a better car, there is not much to learn or gain by the fall of that wall. And that worries me. 

La favela de Ferrez

Si je n’avais pas vécu au Caire, si je n’avais pas été en Inde, si je n’avais pas filmé les quartiers gitans de Belgrade, j’aurais sans doute été choquée par ce que j’ai vu dans la favela Capao Redondo, à Sao Paulo, Brésil.
Comme grande fan de Carolina de Jesus, l’écrivaine de favela des années 1960 qui est devenue une étoile internationale, simplement pour mourir quelques années plus tard dans la misère, dans le taudis où elle avait commencé à écrire, j’ai vu de mes propres yeux ses histoires et les siens.
Depuis que je suis arrivée au Brésil, j’ai vu des scènes qui m’ont brisé le cœur. Par exemple, des gens de tous âges couchés partout sur les trottoirs de la ville, ou sommeillant à même la crasse. D’habitude, les passants se contentent de les enjamber. Mais à ma grande surprise, un garçon, frappé par une sorte d’attaque a été secouru par des Brésiliens. On a appelé une ambulance pour le garçon malade et la foule était compatissante et obligeante.
Personne n’échappe à la face pauvre du Brésil. Au contraire, la réalité de la pauvreté est intégrée et apaisée par le rythme général de cette facilité de vivre de ce pays pauvre le plus riche du monde. On voit de la pauvreté véritable, mais on ne sent pas la misère et le désespoir.

Nous avons eu la chance d’être escortés dans la favela Capao Redondo par son gourou et « maire dans l’ombre » comme je l’ai appelé, Ferrez, un chanteur de rap, un écrivain et un militant politique (http://en.wikipedia.org/wiki/Ferréz). Comme le dit notre hôte Roberto : c’est le seul écrivain réussi que vous trouverez à Sao Paulo.
Ferrez est habillé d’un pantalon bouffant hip-hop avec un grand t-shirt rouge avec dessus CCCP en lettres cyrilliques. Sur la grille de sa grande et agréable maison improvisée à l’entrée de la favela, il y a les graffitis de trois portraits; ceux de Maxime Gorky, de Carolina de Jesus et du poète brésilien moderniste, Oswald Andrade. Son héroïne est Carolina et son héros est Zumbi dos Palmares, une figure historique au Brésil du 16e siècle autrefois oublié, qui était toujours aux côtés d’esclaves noirs qui s’étaient évadés, les libérant et les éduquant. La culture hip-hop brésilienne a ramené Zumbi à la connaissance de nos jeunes, a dit Ferrez. L’héroïsme de Zumbi n’est pas enseigné dans les écoles. Mais, de tout façon, les enfants des favelas ne vont pas dans des écoles décentes.

– C’est ici que je suis né, nous raconte Ferrez, nous montrant un amas de déchets, laissé là après que des coulées de boue aient détruit des maisons.
– Ma maman cuisinait dans une école, et c’était de la mauvaise nourriture. J’ai décidé de donner de la bonne nourriture à mes enfants aujourd’hui, juste pour effacer ce souvenir terrible.
Tandis que nous grimpons et redescendons les rues étroites avec ses constructions verticales en briques rouges dans un style bande dessinée, l’odeur de nourriture fraîchement cuisinée nous allèche. Les maisons ont des égouts, elles ont de petites chambres propres, avec de grands appareils TV et un tas d’enfants des rues qui nous sourient.
La favela est cependant un autre monde. Un sentiment d’aliénation m’envahit. On est conquis par une série différente d’images et de valeurs dès qu’on franchit les frontières de la favela. Ferrez nous conduit dans son centre obscur, où il a une école, des magasins, un studio de musique et un bureau d’ordinateurs. Tous fait dans la favela pour la favela.
– J’implante des exemples de commerces et je les donne, dit-il. J’ai commencé seul, mais maintenant il y a beaucoup de gens qui sont impliqués dans ces projets alternatifs de vie. Mes adeptes ne fument ni ne boivent, parce qu’il y a un grand taux d’alcoolisme et beaucoup de drogues bon marché par ici. Je ne crois dans aucun politicien ni aucune politique officielle. Je vote « nul » parce que les partis sont tous les mêmes : les favelas n’existent pas pour l’état. Les seules personnes au pouvoir que nous voyons de temps en temps sont la police et les églises. Pas de soins de santé, pas de culture ; pas d’écoles…On est livré à nous-mêmes, et nous ne soucions pas de sortir d’ici, dans ce grand mauvais monde.
Il nous montre la ligne de division entre la partie riche de Sao Paulo et ses propres favelas. Ils appellent cette colline la « Bande de Gaza », dit-il, parce elle a été créée pour garder deux parties du monde complètement séparées.
– Des raids de la police frappent parfois les favelas pour arrêter ou tirer sur certaines personnes. Les autorités ne construisent rien pour nous. Tout le reste, nous le faisons nous-mêmes.
Parfois l’état construit des tours d’habitations en béton en dehors des favelas pour offrir aux habitants une autre vie. Ces structures sociales bon marché n’ont pas un aspect très différent des structures verticales que les habitants construisent pour eux-mêmes. Sauf qu’elles ont une adresse de rue légale et qu’elles apparaissent plus régulières d’aspect, pas le labyrinthe de la favela de murs faits à la main, d’allées étroites et d’escaliers de traviole. Les bâtiments de la favela semblables à des cavernes me rappellent la Basilicata, à Matera, comme un voyage un voyage qui ramène à l’histoire médiévale.

Les gens que nous rencontrons semblent polis et propres : ils sont multiethniques et sont pour la plupart analphabètes. Les écoles des ONGs et les centres de jeux sont créés pour leur apprendre à lire et à écrire et à rester ensemble d’une manière civilisée. Des gosses, à partir de nouveaux nés jusqu’à l’âge de 17 ans dans ces chambres surpeuplées sont heureux d’avoir une opportunité d’apprendre.

On m’a raconté qu’il existait des favelas pires que Capao Redondo. La carte de la ville de Sao Paulo indique convenablement les régions de favelas, qui semblent exploser à pue près partout dans le centre de la grande ville, ou aux bords de cette ville de 16 millions d’habitants. Personne ne peut dire combien de personnes vivent dans les favelas. Je peux dire, cependant, que j’ai vu des bidonvilles et des taudis qui sont plus sales et moins résistants, par exemple en Serbie.

J’interroge Ferrez sur les femmes et leurs conditions.
– C’est un monde très macho, ici, les femmes n’ont rien à faire et il n’y a pas de soins de santé ou de contrôle des naissances pour les femmes : mais la plupart des enfants qui naissent sont des filles. – J’ai dit : vous risquez un matriarcat. Je plaisante, mais ce n’est pas drôle. Manifestement, les filles ne sont pas très visibles. Les gens de favelas sont invisibles dans la société brésilienne, mais les filles sont même invisibles dans les favelas. Je rappelle comment Carolina avait écrit comment elle étudiait pour lire et écrire et écrivait de la poésie.
Ce n’est que la nuit précédente, lors d’un événement culturel ici à Sao Paulo qu’on a cité Virginia Woolf : une écrivaine avec « Une chambre à soi » comme l’exemple de critère d’intimité, d’identité, de succès et de visibilité. Citer Virginia Woolf dans une favela peut sembler être cherché loin, mais citer Carolina de Jesus, encore aujourd’hui, a beaucoup de sens pour les riches et les pauvres. L’immédiateté et la force émotionnelle de cette chroniqueuse autodidacte donnent de la force aux millions d’invisibles, plus que les TVs et les feuilletons à l’eau de rose.
J’ai toujours voulu donner à mes gens un contexte plus large, je parle donc de Martin Luther King et Che Guevara. Je veux être un écrivain, pas simplement un écrivain de favelas. Mais je ne me soucie pas de quitter la favela.
De ma propre expérience qui a causé invisibilité et privations, j’ai appris : on peut presque enlever tout aux gens et les tuer, mais on ne peut pas tuer la créativité. Elle pousse aussi sur les poubelles. Elle coule comme de l’eau.

Observant ces communautés qui s’efforcent de faire leur possible pour une vie normale en dehors des murs de la ville interdite de la réalité dominante établie, ma question est : que se passerait-il si ces murs tombaient, et qu’on se mêle à la lutte pour la survie ? Qui gagnerait, les maîtres et les esclaves d’un monde qui s’écroule, ou ceux qui n’ont rien à perdre et nul part où aller ? Je ne suis pas en train d’idéaliser les pauvres, mais je vois le monde avec leurs yeux et leurs valeurs. Ils s’en sortent avec la modernité, comme le reste d’entre nous. Excepté une meilleure TV et l’attrait d’une meilleure voiture, il n’y a pas beaucoup à apprendre ou gagner par la chute de ce mur. Et cela m’inquiète.

About jasminatesanovic

Jasmina Tešanović (Serbian: Јасмина Тешановић) (born March 7, 1954) is a feminist, political activist (Women in Black, Code Pink), translator, publisher and filmmaker. She was one of the organizers of the first Feminist conference in Eastern Europe "Drug-ca Zena" in 1978, in Belgrade. With Slavica Stojanovic, she ran the first feminist publishing house in the Balkans "Feminist 94" for 10 years. She is the author of Diary of a Political Idiot, a war diary written during the 1999 Kosovo War and widely distributed on the Internet. Ever since then she has been publishing all her work, diaries, stories and films on blogs and other Internet media.
This entry was posted in Uncategorized and tagged , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s