Snowden’s Berlin

IMG_1731
In English, in French

I attended a two-day conference in Berlin, “As Darkness Falls: theory and practice of self empowerment in the age of digital control.” It threw me into complete distress.

http://www.einbruch-der-dunkelheit.de/en/index.php

Sometimes it’s entirely necessary to speak behind closed doors. I remembered the women’s activists international meetings, where activists from all over the world told each other of personal experiences of killings torture and rape. How we would share sorrow and empathize, befriend formal enemies, and make exit strategies, then cry in a final catharsis.

But here in Berlin, after the angry speeches of hackers, cypherpunks, activists, philosophers of communication, coders…. I could feel my Internet optimism crumbling. The Snowden case placed a dark, troubled perspective on our post-Internet era.

It’s covert surveillance and violated privacy, versus freedom of speech and the public visibility of citizens. As an addicted activist and internet user, I was cordially warned against using almost every service I’ve already been cheerfully using for years.

How to stay connected and publicly visible, without being controlled, used and abused by the metadata corporations and the secret police scanners? Sure, some computer-security experts know all about these issues, but my friends and feminist activists are still digital beginners! I had to stare in dread into the screen of my own beloved laptop, as my Facebook profile suddenly erupted with unsolicited posts thrown my way by sinister algorithms I’ve never heard of. During the event, my Mac Air suddenly crashed, then came back to life displaying the date: January 1, 2012. Wasn’t that year supposed to be the end of the world? Maybe the year 2012 was just the Armageddon for the free and open Internet, and now it’s already 2014!

Is this big-data Internet of 2014 — the new post-digital, Post-Internet — an oppressive system entirely typical of failed and managed democracies? Will the Post-Internet become the main antisocial weapon for a future neo feudal totalitarian regime… Or is there is a way of saving the precious democratic values and structures of civil rights, so often casually routed-around by the Internet? Did we “empower the individual” so much that our states and nations failed, and now we’re nakedly exposed to the secret police and the machines of the globalized ultra-rich?

Dystopias are always more convincing than utopias, skepticism has stronger words than optimism, while Berlin in the winter of 2014 is a place where daylight is precious and rare in the snow storms, with temperatures below freezing.

Nevertheless, cyber-dissidents, political refugees flock here to Berlin to free their floating anxiety, exchange their encrypted codes, help each the intricacies of national laws and to name-check their fellows in prison.

What’s more, Edward Snowden is now appearing on German TV, having become a genuine political figure rather than a dramatic refugee. Snowden remarks that somebody may well kill him for one reason or another, but he has no more big bundles of data to reveal to the public. Everything is already public in the hands of the press politicians and citizens and, well, the Post-Internet.

It’s never easy to become a dissident or a defector. Some cyber-activists and hackers have already cracked up and even commit suicide from the pressures of political activism and legal countermeasures. Edward Snowden seems to be a more solid and inspiring figure than his predecessors and colleagues. Calm and precise as usual, Snowden conveys the message that it is now up to everybody else in the world besides him to do something about all this trouble he showed us.

What can we practically do, besides trembling and shivering in folk-paranoia? Are we empowered enough, maybe too empowered and not well-enough organized? Who are “we,” who are our allies, and what is the likely or desirable outcome of this new, global-scale struggle in the long history of mankind? Are we all supposed to become Anonymous activists, smiling at the surveillance cameras in the streets while we strike back from our bedrooms and garages? Or are we are supposed to abandon the keyboards, flood into the roads, streets, and squares, occupy the banks, trade Bitcoins for bread?

Resistance methods are not a recipe for civil law and order. Reading history and theories is never enough, while the world has more than its share of stupid, dangerous, egocentric martyrs. Describing political reality is half way to solving a political problem. The Post-Internet is a potentially collective intelligence, but it’s also collective stupidity. It is not a machine entirely separate from us, and has always been a mirror that shows us to ourselves in real-time.

After the darkness fell on my Darkness event, I visited the Stasi museum in Berlin. This “museum” is simply the re-purposed headquarters of the Stasi secret police, the administrative center of analogue espionage and surveillance during the Cold War.

Our modern digital spies should be ashamed by the perfection of this system, where everybody was spying on everybody all the time, and even the political prisoners in the secret prisons were forced to inform against their own jailers. Our spies are lazy and slipshod digital button-pushers, mere code jockeys, while the Stasi files were manually written and preserved in big stacks of brown sacks.

When the Berlin Wall fell, the Stasi made a half-serious attempt to destroy its own files and auto-delete itself, but East Germany didn’t have enough shredders for that job. I suspect that the monk-like clerks of oppression within the Stasi didn’t want to delete their own beloved files: they were spies of the spies! Even today, evidence emerges day by day, as restorers, often using computers, re-compose the hand-torn paper files.

The Stasi devoted an amazing amount of time and energy to spying on itself. For these Chekist spies, their major spiritual crime was their own irrepressible desire to defect to the West, where there was no Stasi; in much the same way that Edward Snowden is probably the worst problem that the NSA has ever had.

When the Berlin Wall fell, the Stasi did not fire a shot to defend themselves, even though their ranks were crammed with uniformed colonels, majors and generals. Most of them seemed to expect that they would go on with the same tiresome work, after a change of costume. It takes a real leap of imagination to realize that a useless way of life can simply be superseded and abandoned.

We like to think that we move pretty fast in these days of the Post-Internet, so maybe this twilight struggle of ours won’t last for forty years.

Snowden à Berlin

J’ai participé à une conférence de deux jours à Berlin, « Quand l’obscurité tombe : théorie et pratique d’autonomie personnelle à l’âge du contrôle digital. » Elle m’a plongée dans une détresse complète. http://www.einbruch-der-dunkelheit.de/en/index.php
Parfois il est absolument nécessaire de parler derrière des portes fermées. Je me souviens des meetings internationaux de femmes militantes, où des militantes du monde entier se racontaient leurs expériences personnelles de tueries, de torture et de viol. Comment nous partagerions la tristesse et l’empathie, prendre en amitié des ennemis corrects, et exécuter des stratégies de sortie, ensuite pleurer dans une catharsis finale.
Mais ici à Berlin, après les discours furieux de hackers, cypherpunks, de militants, de philosophes de la communication, de programmeurs…j’ai senti mon optimisme sur Internet se désagréger. L’affaire Snowden a placé une perspective sombre, trouble sur notre ère post-Internet.
C’est de la surveillance secrète et une violation de la vie privée, par opposition à la liberté de parole et la visibilité publique des citoyens. En tant que militante ardue et utilisatrice de l’internet, on m’a cordialement mise en garde contre l’utilisation de presque chaque service que j’ai déjà utilisé avec entrain depuis des années.
Comment rester connecté et visible publiquement, sans être contrôlé, utilisé et violé par les entreprises de metadonnées et les scanners de la police secrète ? Bien sûr certains experts de la sécurité des ordinateurs connaissent tout sur ces questions, mais mes amies et militantes féministes sont encore toujours des débutantes digitales ! J’ai dû regarder fixement avec effroi l’écran de mon propre laptop bien-aimé, quand mon profil sur Facebook a soudain surgi avec des messages non sollicités jetés à ma manière par de sinistres algorithmes dont je n’avais jamais entendu parler. Pendant l’événement, mon Mac Air est soudain tombé en panne, puis est revenu à la vie en exhibant la date : 1er janvier 2012. Cette année là n’était-elle pas supposée être la fin du monde ? Peut-être que l’année 2012 était précisément l’Armageddon pour un Internet libre et ouvert, et maintenant on est déjà en 2014!
Cet Internet des données personnelles numériques de 2014 – le nouveau post-digital, Post- Internet – est-il un système oppressif entièrement typique de démocraties ratées et gérées? Le Post-Internet deviendra-t-il la principale arme antisociale pour un régime totalitaire néo-féodal futur… Ou existe-t-il un moyen pour sauver les précieuses valeurs démocratiques et les structures des droits civils, si souvent mises en déroute nonchalamment par l’Internet ? Avons-nous tellement « renforcé l’individuel » que nos états et nations ont échoué, et maintenant nous sommes exposés à poil à la police secrète et aux machines des ultra-riches mondiaux ?
Les prévisions négatives sont toujours plus convaincantes que les utopies, le scepticisme a des mots plus forts que l’optimisme, tandis que Berlin de l’hiver 2014 est un endroit où la lumière du jour est précieuse et rare dans les tempêtes de neige, avec des températures sous zéro.
Néanmoins, les cyber-dissidents, les réfugiés politiques viennent en masse, ici à Berlin, pour libérer leur anxiété flottante, échanger leurs codes cryptés, aider chacun avec la complexité de lois nationales et vérifier le nom de leurs camarades en prison.
Ce qu’il y a encore, c’est que Edward Snowden apparaît maintenant à la TV allemande, étant devenu un véritable personnage politique plutôt qu’un réfugié dramatique. Snowden fait la remarque que quelqu’un pourrait bien le tuer pour une raison ou une autre, mais qu’il n’a plus de grandes liasses de données à révéler au public. Tout est déjà public dans les mains de politiciens de presse et de citoyens et, donc, le Post-internet.
Il n’est jamais facile de devenir un dissident ou un transfuge. Certains cyber-militants et hackers ont déjà craqué et ont même commis un suicide suite aux pressions du militantisme politique et les contremesures légales. Edward Snowden semble être un personnage plus solide et stimulant que ses prédécesseurs et collègues. Calme et précis comme d’habitude, Snowden transmet le message qu’il revient maintenant à chacun dans le monde à part lui, de faire quelque chose au sujet de tout ce mal qu’il nous a montré.
Que pouvons-nous faire pratiquement, sinon trembler et frissonner dans une paranoïa populaire ? Sommes-nous suffisamment habilités, peut-être trop habilités et pas suffisamment bien organisés ? Qui sont « nous, » quels sont nos alliés, et quel est l’issue probable ou désirable de cette nouvelle lutte à l’échelle globale dans la longue histoire de l’humanité ? Sommes-nous tous appelés à devenir des Militants anonymes, souriant vers les caméras de surveillance dans les rues pendant qu’on riposte de notre chambre à coucher ou notre garage ? Ou sommes-nous supposés abandonner les claviers, inonder les routes, les rues et les places, occuper les banques, commercialiser Bitcoins pour du pain ?
Les méthodes de résistance ne sont pas une recette pour le droit civil et l’ordre. Lire l’histoire et les théories n’est jamais assez, alors que le monde a plus que sa part de martyrs stupides, dangereux, égocentriques. Décrire la réalité politique est une moitié du chemin pour résoudre un problème politique. Le Post-Internet est une intelligence collective potentielle, mais c’est aussi une stupidité collective. Ce n’est pas une machine entièrement séparée de nous, et a toujours été un miroir qui nous montre à nous-mêmes en temps réel.
Après que l’obscurité soit tombée sur mon événement Obscurité, j’ai visité le musée de la Stasi à Berlin. Ce « musée » est simplement une reconstitution des quartiers généraux de la police secrète Stasi, le centre administratif d’un espionnage et d’une surveillance analogues pendant la guerre froide.
Nos espions digitaux modernes devraient être honteux de la perfection de ce système, où tout le monde espionnait tout le monde, tout le temps, et même les prisonniers politiques dans les prisons secrètes étaient forcés d’informer contre leurs propres gardiens. Nos espions sont paresseux et des pousseurs de bouton digitaux, négligents, de simples opérateurs de code, tandis que les dossiers de la Stasi étaient écrits manuellement et préservés dans de grandes piles de grands sacs bruns.
Quand le mur de Berlin est tombé, la Stasi a fait une tentative à demi sérieuse pour détruire ses propres dossiers et s’autodétruire, mais l’Allemagne de l’Est n’avait pas assez d’appareils destructeurs pour ce travail. Je soupçonne que les employés de l’oppression, semblables à des moines, dans la Stasi ne voulaient pas détruire leurs dossiers chéris : ils étaient les espions des espions ! Même aujourd’hui, des preuves émergent jour après jour, quand des réparateurs, utilisant souvent des ordinateurs, recompose les dossiers en papier déchirés à la main.
La Stasi a consacré une quantité de temps étonnante et de l’énergie pour s’espionner elle-même. Pour ces espions vérificateurs, leur crime spirituel majeur était leur désir irrépressible de passer à l’Ouest, où il n’y avait pas de Stasi ; et c’est beaucoup dans le même sens qu’Edward Snowden est probablement le pire problème que la NSA n’a jamais eu.
Quand le mur de Berlin est tombé, la Stasi n’a pas tiré un seul coup de feu pour se défendre eux-mêmes, même si leurs rangs étaient bourrés de colonels, de majors et de généraux en uniforme. La plupart d’entre eux semblaient attendre qu’ils continueraient le même travail assommant, après un changement de costume. Cela demande un saut réel d’imagination pour réaliser qu’un mode de vie inutile peut simplement être remplacé et abandonné.
On aime à penser que nos changeons plutôt rapidement dans ces jours de Post-Internet, alors, peut-être que cette lutte à nous de pénombre ne durera pas 40 ans.

About jasminatesanovic

Jasmina Tešanović (Serbian: Јасмина Тешановић) (born March 7, 1954) is a feminist, political activist (Women in Black, Code Pink), translator, publisher and filmmaker. She was one of the organizers of the first Feminist conference in Eastern Europe "Drug-ca Zena" in 1978, in Belgrade. With Slavica Stojanovic, she ran the first feminist publishing house in the Balkans "Feminist 94" for 10 years. She is the author of Diary of a Political Idiot, a war diary written during the 1999 Kosovo War and widely distributed on the Internet. Ever since then she has been publishing all her work, diaries, stories and films on blogs and other Internet media.
This entry was posted in Uncategorized and tagged , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Snowden’s Berlin

  1. Pingback: Snowden’s Berlin | Zokster Something

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s